formats

La Phobie scolaire et la sophrologie

 

 

 

 

 

 

 

 

Maux de ventre inexpliqués, crises de larme, humeur changeante et troubles du sommeil…. Et si mon enfant était en train de développer une phobie scolaire ?

La rentrée est source de nombreux de changements chez l’enfant. Changement de classe, de copains, de maîtresse et d’habitude. Ce moment particulier de l’année peut voir apparaître des troubles du comportement chez l’enfant pouvant se transformer en phobie scolaire.

Quels sont les symptômes de la phobie scolaire ?

Les élèves ressentent une angoisse terrible liée à l’établissement (école, collège, lycée …) ou à l’environnement scolaire.
Ce trouble anxieux encore méconnu, peut avoir des conséquences dramatiques.

• Il se manifeste par des crises d’angoisse, de panique, l’hyperactivité ou encore
par des maux divers (douleurs abdominales, nausées, vomissements, diarrhées,
migraines ….).

• Il touche aussi bien les filles que les garçons, le plus souvent à l’adolescence, mais
peut aussi atteindre de jeunes enfants ou encore des étudiants.

Que faire ? Comment vaincre la phobie scolaire ?

Plusieurs moyens sont souvent nécessaires car ils sont complémentaires dans leurs approches. Il peut être bien de consulter un psychologue afin de permettre à l’enfant d’échanger sur son vécu et d’évoquer un éventuel traumatisme vécu sur le temps scolaire.

La sophrologie trouve également toute sa place grâce notamment aux techniques qui vont s’intéresser au corps (la respiration, le relâchement musculaire), au lâcher prise mais aussi aux émotions.

Voici quelques conseils pour accompagner votre enfant à la maison afin de l’aider à abaisser l’intensité de sa peur (en collaboration avec le suivi d’un professionnel) :
- Pratiquer une fois par jour des exercices de respiration (notamment la respiration abdominale),
- Pratiquer l’écoute des points d’ancrage (pieds dans le sol, fesses sur la chaise etc.),
- Identifier ce qui représente un lieu de ressource pour votre enfant et lui proposer de le visualiser dans tous les détails (couleurs, odeurs, sons) et lui proposer de vous le décrire.

formats

Quelques beaux textes

Il meurt lentement 

 

 

 

 

 

Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
celui qui ne lit pas,
celui qui n’écoute pas de musique,
celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.

Il meurt lentement
celui qui détruit son amour-propre,
celui qui ne se laisse jamais aider.

Il meurt lentement
celui qui devient esclave de l’habitude
refaisant tous les jours les mêmes chemins,
celui qui ne change jamais de repère
Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
Ou qui ne parle jamais à un inconnu

Il meurt lentement
celui qui évite la passion
et son tourbillon d’émotions
celles qui redonnent la lumière dans les yeux
et réparent les coeurs blessés

Il meurt lentement
celui qui ne change pas de cap lorsqu’il est malheureux au travail ou en amour,
celui qui ne prend pas de risques
pour réaliser ses rêves,
celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
n’a fui les conseils sensés.

Vis maintenant!
Risque-toi aujourd’hui!
Agis tout de suite!
Ne te laisse pas mourir lentement!
Ne te prive pas d’être heureux!

Il meurt lentement celui qui passe ses jours
à se plaindre de sa mauvaise fortune ou de la pluie incessante.

Il évite la mort celui qui se rappelle qu’être vivant requiert un effort bien plus important que le simple fait de respirer…..

Martha Medeiros

 

 

 

Bonsoir , mon Corps , la Paix soit avec toi .

 

 

 

Dans cette nuit qui descend , puisse-tu trouver le repos et la récupération de tes forces . Car tu m’es précieux , tu sais .

Tu m’as bien servi aujourd’hui , dans la mesure de tes moyens ; c’est bien et je t’en remercie .

Je sais que tu voudrais être plus beau , moins voûté , moins déformé ou moins gris peut être ; plus brillant ou plus parfait , plus fort ou moins malade .

Si celà n’est pas , tu n’y peux vraiment rien , sois rassuré et consolé .

Si je n’ai pas su te mettre mieux en valeur aujourd’hui , je t’en demande pardon .

Dès demain matin , par plus de soin dans ta toilette , par un peu de coquetterie , je soulignerai tel ou tel détail qui n’est pas si mal que çà . Ainsi le regard des autres s’y attardera plus volontiers et tu ne redouteras plus autant ce regard puisque tu sauras qu’il sera agréablement surpris par ce petit effort.

Même si les autres ne te le disent pas , moi je le sais et je te le dis , et j’en suis fier , car cet effort , c’est pour toi que je le fais .

Je t’aime bien , mon Corps , parce que tu es le véhicule patient et méritant de mon coeur et de ma pensée .

Alors , sois fier et heureux , même si tu ne te trouves pas bien beau , parce que c’est toi qui portes vers les autres le sourire de ma joie intérieure et la chaleur de mon amour .

 

Lettre à mon corps

Bonjour mon corps,

C’est à toi que je veux dire aujourd’hui combien
je te remercie de m’avoir accompagné
si longtemps sur les chemins de ma vie.

Je ne t’ai pas accordé l’intérêt, l’affection ou plus
simplement le respect que tu mérites.
Souvent, je t’ai même maltraité, matraqué de
reproches violents, ignoré par des regards
indifférents, rejeté avec des silences pleins de doutes.

Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi.
Et aujourd’hui, au mi-temps de ma vie, un peu ému,
je te redécouvre avec tes cicatrices secrètes, avec
tes lassitudes, avec tes émerveillements et tes possibilités.

Je me surprends, surprends à t’aimer, mon corps,
avec des envies de te câliner, de te choyer ou te donner du bon.
J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner
des fleurs et des rivières sur ta peau, de t’offrir du Mozart,
de te donner les rayons du soleil et de t’introduire aux rêves des étoiles.
Tout cela à la fois dans l’abondance et le plaisir.

Mon corps, je te suis fidèle.
Oh, non pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour.
Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps.
Que tu prenais soins de moi, que tu respectais ma présence.

Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître,
pour me laisser être, pour me laisser grandir avec toi !
Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie !

Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus.
Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune….
Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble.

- Jacques Salomé

 

 

 

 

 

 


credit
©